Wolfel_5V8A3632

Woolfell : l’affaire est dans le sac

by • mars 20, 2014 • MontréalCommentaires fermés1616

C’est sans doute l’endroit le plus éloigné où notre série sur les entrepreneurs de Montréal nous a conduits. Marc-Antoine Joncas et Laurence Girouard, qui sont derrière l’entreprise de sacs Woolfell, partagent une maison-atelier au bord du canal de Lachine. « C’est une maison centenaire où les équipages des bateaux passaient autrefois la nuit avant de repartir naviguer », nous explique Marc-Antoine en gravissant l’escalier qui nous conduit à leur ministudio.

Wolfel_5V8A3715

Wolfel_5V8A3703

Woolfell conçoit et fabrique donc des sacs avec des matières nobles. L’approche du duo passe avant tout par la fonctionnalité du sac et l’élimination de tout ce qui est superflu. « On regarde le comportement des gens quand ils utilisent nos produits, leur usage de chaque poche, chaque zip. Est-ce que ce compartiment est nécessaire? Est-ce qu’il peut être amélioré? » Laurence nous montre leur dernier modèle. « Dans le fond, on fabrique le sac qu’on aimerait avoir. Qui a besoin de 46 poches? » L’atelier situé au sous-sol sent le cuir et les outils. Pour y accéder, on doit descendre par une échelle de bois.

 

Wolfel_5V8A3541

Wolfel_5V8A3655

Leur parcours est intéressant puisqu’aucun des deux partenaires n’a fait d’études particulières dans le domaine. « On est allés chercher des livres et des machines et on a exploré. Évidemment, les premiers sacs étaient très laborieux à faire, mais on a rapidement tout appris par nous même. » Les sacs sont confectionnés avec des cuirs véritables. Par exemple, leur dernière création, un étui à ordinateur portable, comporte une lanière en cuir de cheval. En hommage à l’année chinoise du cheval. « Le cuir est particulier puisqu’il a une histoire avec laquelle on doit composer. Si l’animal avait une cicatrice par exemple, on ne peut pas la faire disparaître », explique Laurence.

Wolfel_5V8A3597

Wolfel_5V8A3604

Deux étages plus haut dans leur maison-atelier-bateau se trouve un ministudio qui utilise l’éclairage naturel d’un puits de lumière. C’est là que chaque nouvelle création est photographiée et mise en ligne pour la vente sur leur site. « On est vraiment autonomes ici. Parfois, on peut faire des journées de 15 heures pour livrer des commandes, alors ça nous évite d’être distraits par l’extérieur », explique Laurence en faisant de la place sur son lit pour s’asseoir.

Les artisans de Woolfell font donc les choses à leur façon et à leur rythme. Ils explorent et expérimentent par simple passion pour ce qu’ils font. C’est pourquoi nous sommes fiers de vous les faire découvrir ici.

Wolfel_5V8A3583

 

Pin It

Related Posts

Comments are closed.